Un grand merci à Mira Pavlovic !

Directrice adjointe du département des relations internationales de la Haute Autorité de Santé (HAS) et leader du projet européen EUnetHTA,  Mira Pavlovic nous a fait l’honneur de venir présenter  la mise en place des actions d’EUnetHTA et l’impact futur de ses actions sur l’accès au marché des médicaments.

Pour cette occasion, la promotion actuelle et les anciens du Master se sont réunis afin d’en découvrir davantage sur les enjeux de ce réseau d’HTA européennes sur notre exercice professionnel présent ou futur.

Après nous avoir présenté l’état des HTA en Europe, où chaque pays suit une  procédure spécifique avec une méthodologie qui lui est propre, Mira Pavlovic a défini les objectifs que s’est fixé la Commission Européenne à travers l’article 15 de la Directive 2011/24/UE relative à l’application des droits des patients en matière de soins de santé transfrontaliers :

– favoriser la coopération entre les autorités ou organes nationaux

– aider les États membres à fournir en temps utile des informations objectives, fiables, transparentes, comparables et transférables sur l’efficacité relative ; ainsi que, le cas échéant, sur l’utilité relative, à court et à long terme, des technologies de la santé et à permettre l’échange efficace de ces informations entre les autorités ou organes nationaux

– aider à analyser la nature et le type d’informations pouvant être échangées

– éviter de répéter inutilement les évaluations

Ainsi dans sa présentation, Mira Pavlovic a mis en exergue l’intérêt de créer un dossier de soumission standardisé pour tous les Etats-membres, la réalisation et la publication de guides méthodologiques tel que sur le choix des critères cliniques ou des comparateurs et le rôle clé des dialogues précoces européens actuellement en expérimentation et menés par la HAS.

L’expérience de Mira Pavlovic sur ce sujet, de par son rôle clé, et sa vision pragmatique nous ont permis d’avoir une vision concrète des difficultés et défis que constitue la concrétisation d’un tel projet.

Cette conférence fut la première venue de Mira Pavlovic à l’Université Paris Dauphine mais nous espérons que ce ne sera pas la dernière !

Un grand merci à Mira Pavlovic !

 

Manuel Valls confirme les 10 Md€ d’économies pour l’Assurance maladie sur 2015-2017

Lors de sa déclaration de politique générale prononcée à l’Assemblée Nationale mardi 8 avril, Manuel Valls a confirmé que l’assurance maladie contribuera à hauteur de 10 milliards d’euros sur les 50 milliards d’euros d’économies qui devront être réalisées entre 2015 et 2017.

La santé, annoncée par le président de la République comme l’une des priorités de ce nouveau gouvernement, n’est apparue que de manière marginale dans le discours de Manuel Valls, reportant à des décisions ultérieures l’impact de ces économies sur les dépenses de santé.

Répartition des 50 milliards d’euros d’économies :

• État: 18 milliards d’euros
• Collectivités locales: 11 milliards d’euros
• Sécurité sociale: 21 milliards d’euros, dont :
o Branche maladie : 10 milliards d’euros
o Autres Branches (retraite, famille, chômage…) : 11 milliards d’euros

Concernant la branche maladie :

Le plan d’économies annuel programmé jusqu’à présent (qui devait rapporter un peu plus de 6 milliards sur trois ans), devra donc être gonflé de près de 4 milliards d’euros supplémentaires. Soit 1 milliard d’euros d’économies supplémentaire par an jusqu’à la fin du quinquennat.

En conséquence, l’ONDAM pour 2015, 2016 et 2017 ne devrait pas dépasser 2% par an, et il pourrait être encore plus faible (1,75%) pour l’une de ces trois années.

Comment cela se traduira-t-il concrètement?

Le 7 avril, le journal les échos avancait plusieurs pistes : Réorganisation de l’hôpital (en favorisant notamment la chirurgie ambulatoire), baisse du prix des médicaments ou encore progression des générique.

Lors d’une interview sur BFM-TV/RMC, le premier ministre avait mentionné la restructuration de l’offre hospitalière parmi les réformes pour faire des économies.

Suite au conseil des ministres de ce mercredi 16, Manuel Valls a apporté quelques précisions sur l’effort demandé à la branche maladie, autour de trois thèmes principaux :

• Le Premier ministre compte « amplifier les réformes structurelles déjà engagées et mieux organiser les parcours de soins » (renforcer les soins de premier recours, développer la chirurgie ambulatoire, faciliter le retour à domicile après une hospitalisation et améliorer le suivi des personnes âgées en risque de perte d’autonomie). « La chirurgie ambulatoire montre qu’on peut réaliser des économies tout en améliorant la qualité de la prise en charge », a-t-il certifié.

• Optimiser les dépenses dans le domaine des médicaments. « Ceci passe par une consommation plus raisonnée, un plus grand recours aux génériques mais aussi des prix davantage en adéquation avec l’innovation thérapeutique », a illustré Manuel Valls.

• Agir sur la pertinence des soins (réduire le nombre d’actes inutiles ou évitables).

Ces économies seront réalisées « sans réduire la prise en charge des soins, ni leur qualité. Il n’y aura pas de transfert de charge vers les complémentaires ou les patients », assure Matignon. Marisol Touraine réitérait en février son opposition aux mesures de déremboursement.

Ces mesures d’économies seront examinées lors du conseil des ministres du 23 avril puis soumises au vote de l’Assemblée le 30 avril. Elles trouveront leur traduction à l’automne dans la loi de programmation des finances publiques, le projet de loi des finances et le projet de loi de financement de la Sécurité sociale.

Soirée des Anciens, édition 2014

P1010645

Le 1er avril dernier, l’ADES a organisé l’édition 2014 de la « Soirée des Anciens ». Cette occasion avait pour but de réunir les différentes promotions du master et d’échanger sur les expériences de chacun autour d’un apéritif dînatoire.

L’édition 2014 a permis de rassembler plus de 70 actuels et anciens étudiants en compagnie des professeurs Lévy et Le Pen. Nous remercions chaleureusement toutes les personnes présentes pour leur contribution à la réussite de cette soirée et nous vous donnons rendez vous pour nos prochains événements.

Lire la suite

Interview de Pierre Lévy, directeur du master EMAM

P1010327-1

–          Comment et pourquoi le master “Economie et Gestion de la Santé” va-t-il évoluer à partir de la rentrée 2014?

Il y a deux facteurs d’explication à cette évolution. D’un côté, nous voulons nous inscrire dans la  tendance de fond qui conduit à accroître la professionnalisation des études. Que ce soit du côté des employeurs ou des étudiants, on note de façon évidente une demande de parcours de formation avec des débouchés professionnels plus clairs qu’auparavant. Dans notre domaine, cette tendance est accentuée par le nouveau décret n°2012-1116 du 2 Octobre 2012 relatif aux missions médico-économiques de la HAS. Il nous a donc semblé important de re-centrer le parcours autour du market access au détriment de la gestion hospitalière par exemple, et d’afficher clairement les métiers sur lesquels peut déboucher la formation.

D’un autre côté, une réforme nationale de la déclinaison des masters nous amène effectivement à faire évoluer l’intitulé de la formation. On a gardé la notion de familles de masters portant sur des sujets proches. Ces masters sont regroupés sous une mention commune. Avant la réforme, chaque université était libre de choisir les intitulés de mentions, et notre master s’inscrivait dans la mention « Economie de la santé et des politiques sociales » dont il constituait une spécialité avec l’intitulé « Economie et gestion de la santé ».

Dorénavant, les intitulés de mention sont déterminés par le ministère de l’enseignement supérieur, qui est devenu pour nous «  Economie et gestion de la santé », ce qui nous oblige à prendre un autre intitulé pour notre formation qui en est une des déclinaisons. Par ailleurs on ne parle plus de spécialités de master pour caractériser ces déclinaisons mais de parcours. Il s’agit donc à partir de la rentrée 2014 du parcours « évaluation médico-économique et accès au marché » (EMAM).

–          Quelles sont les nouveautés du parcours EMAM ?

Le but de ce parcours est de proposer une formation spécifique permettant aux diplômés d’accéder aux nombreux emplois relatifs au market access.

La première nouveauté, c’est l’ouverture du master à la formation continue, suite à la demande de la part des professionnels. Il y aura donc 3 statuts d’étudiants : formation initiale, apprentissage et formation continue (répartis de la manière suivante: 15-20 apprentis, une dizaine d’étudiants en formation initiale qui ne peuvent pas (les internes) ou ne veulent pas être apprentis, une dizaine de  professionnels en formation continue)

La deuxième nouveauté, c’est la rénovation du contenu pédagogique. Certains enseignements comme « Gestion hospitalière » ou « Introduction à la gestion » seront remplacés par d’autres cours : « Market access and life-cycle management » et « Système de santé et régulation de l’accès au marché ».

D’autres cours sont amenés à évoluer : le cours de « Recherche documentaire et analyse de la littérature » sera plus centré sur le market access, la lecture critique d’articles médico-économiques ; le cours « Systèmes d’information en santé » est modifié de sorte à inclure une partie important sur les bases de données utiles (SNIIRAM, EGB, PMSI) et devient « Système d’information et bases de données en santé ».

–          Quels sont les débouchés visés par chacun des deux parcours « Evaluation médico-éco » et « Expertise économique »?

Il est vrai que ces 2 parcours font appel à des sensibilités, des compétences et des métiers assez différents.

En étant un peu caricatural, je dirai que :

-Le parcours « Evaluation médico-économique et accès au marché » vise plus un profil de pharmaciens pour des postes de Market Access dans des laboratoires, des agences ou des entreprises de conseil. Mais il vise aussi un profil d’économistes-statisticiens capables de développer des modèles et de maîtriser des méthodes statistiques de plus en plus sophistiquées.

-Le parcours « Expertise économique des questions de santé » (Master Recherche) est davantage orienté vers des postes d’économistes qui peuvent être chargés d’études dans différents types d’institutions (ministère de la santé, assurance maladie, ARS, cabinets de conseil) ou qui se destinent à des carrières académiques dans l’enseignement supérieur et la recherche (IRDES, DRESS..) qui supposent une poursuite en thèse.

Bien sûr, les parcours ne sont pas cloisonnés et il est possible de prendre des options à l’extérieur de son parcours pour faire un master « à la carte ». De même, il est tout à fait possible de poursuivre en thèse à l’issue du parcours EMAM.

–          Quel profil d’étudiants recherchez-vous ?

Chaque année, nous nous attachons à promouvoir la diversité des profils des étudiants recrutés. Certains d’entre eux ont une formation en sciences sociales et humaines (économie, gestion,…). D’autres sont issus du milieu de la santé (internes de médecine en santé publique, étudiants en pharmacie filière industrie et plus récemment internes de pharmacie) ; d’autres sont issus de filières sélectives (école de commerce, ENS, IEP). Des profils plus atypiques comme celui d’ingénieur biomédical sont aussi très prisés.

NB : Pour information, la promotion 2013-2014 (Master 4210 Pro formation initiale) regroupe 34 étudiants au total, répartis ainsi :

20 étudiants en pharmacie filière industrie

6 M1 éco

5 internes de pharma

2 internes de Santé Publique

1 bio

–          Comment s’effectue la sélection ?

Il y a tout d’abord une première sélection sur dossiers, puis un entretien avec des membres de l’équipe pédagogique.

La sélection des apprentis se fait en partenariat avec le LEEM apprentissage.

A l’issue de la sélection, nous établissons une liste principale d’admissions, mais aussi une liste complémentaire, en cas de désistement.

Pour l’année 2013-2014, nous avons reçus 180 dossiers et sélectionné 90 candidats pour les entretiens pour finalement ne retenir que 34 étudiants.

–          Qu’attendez-vous des entretiens ?

J’attends qu’on me démontre la cohérence de la candidature par rapport à un besoin de formation dans le cadre d’un projet professionnel. Le candidat doit être capable de développer et d’argumenter sur le sujet. S’il n’est pas besoin d’avoir des connaissances étendues, il est préférable pour les candidats d’avoir une idée assez précise de leurs attentes en matière de formation, et qu’elles correspondent à ce que peut proposer le parcours EMAM.

–          Avez-vous des demandes de candidats à l’étranger ?

En moyenne, environ 20% des candidatures viennent de l’étranger.  Mais, la formation étant exclusivement en français, cela limite les candidatures étrangères à l’univers francophone. Mais l’une des tendances est de s’ouvrir à l’international, dans le recrutement des étudiants comme dans le  contenu de la formation.

On note aussi que de plus en plus de candidatures émanent d’étudiants français en stage à l’étranger au moment de la sélection. Comme pour les candidats étrangers, les entretiens téléphoniques sont possibles au cas par cas.

Faire son stage à l’étranger est plus compliqué sachant que l’étudiant doit être en France 2 jours par semaine d’octobre à fin mai de l’année universitaire. Cela a été le cas pour un étudiant qui a fait son stage en Suède, parce qu’il a été possible d’adapter la conduite du stage avec l’entreprise d’accueil.

–          Quel a été votre parcours ?

J’ai fait une Maitrise d’économétrie à Dauphine, puis un 3e cycle (5e année et thèse) à Paris 1 en macroéconomie. En parallèle de ma thèse, j’étais chargé d’enseignement à Dauphine. Après un premier poste de Maître de Conférences à l’ENS Cachan, je suis revenu à Dauphine, en m’orientant progressivement vers l’économie de la santé. J’ai rejoint l’équipe du LEGOS et je fais équipe avec Claude Le Pen depuis le début des années 2000 pour la direction du master. Ma reconversion en économie de la santé est profilée vers l’évaluation médico-économique.

–          Un bon souvenir ?

Le premier voyage pédagogique à l’Université de Leeds avec la promotion 2012-2013 (en juin 2013). Ce fut un voyage sans fausse note, très intéressant et très convivial.

          Une belle réussite ?

La transition qui s’opère déjà depuis 2 promotions et  qui se manifeste notamment par la renaissance de l’ADES. Cela correspond à un nouveau profil d’étudiants. C’est plutôt étonnant mais très agréable pour l’enseignant et le Directeur d’interagir avec des étudiants plus actifs, moins consommateurs d’un cours ou d’un diplôme et plus acteurs de leur formation. C’est une évolution majeure qui montre des rapports moins hiérarchiques et asymétriques entre enseignants et étudiants.

–          Une grande difficulté ?

Il est vrai qu’on rencontre une difficulté à internationaliser le cursus, notamment parce qu’il ne dure qu’un an, et parce les systèmes de santé sont assez différents d’un pays à l’autre.

Par ailleurs, il est difficile de rester en contact avec les anciens du master. Du côté des étudiants, je pense que le sentiment d’appartenance est  réduit dans la mesure où ils se retrouvent ensemble seulement  pendant un an à raison de 2 jours par semaine.

Dans une moindre mesure, il est assez difficile pour les universités de faire participer à l’enseignement des professionnels de bon niveau. Mais c’est moins vrai à Dauphine en général, qui a une longue tradition de partenariat avec les milieux professionnels, et pour le master en particulier du fait de sa visibilité. Mais il n’est pas toujours facile d’organiser leur participation à l’enseignement avec ses exigences particulières (un horaire fixe, un plan de cours, une disponibilité prévue à l’avance).

–          Quelle est votre vision du master dans 10 ans ?

Ce serait une formation totalement dispensée en anglais avec une possibilité de le faire à distance. Il serait également très enrichissant d’accroitre le partenariat avec des universités européennes, et donc créer un formidable réseau entre formations spécialisées dans l’évaluation écoonmique des stratégies de santé.

Mais se pose tout de même la question de la fédération parisienne des formations en économie de la santé, qui sont éclatées et donc pas propices à l’identification d’un pôle. On peut rêver d’une « Paris school of health economics ». Et parfois, les rêves se réalisent !

L’assurance-maladie comme levier de maîtrise des dépenses de santé?

Refonder l'assurance-maladie

Le Conseil d’analyse économique vient de publier un rapport, dont Brigitte Dormont du LEGOS Université Paris-Dauphine est co-auteur, qui conseille une refonte du système d’assurance-maladie français afin de maîtriser les dépenses de santé. L’accent est porté sur l’efficience du système qui est possible à travers une décentralisation, possible grâce aux Agences Régionales de Santé (ARS) et une unification du système de gestion.

 

http://www.cae-eco.fr/Refonder-l-assurance-maladie.html

Avis aux futurs étudiants

IMG_7664

Attention, les dates de candidature de certains parcours se rapprochent (16 Avril ou 25 Avril 2014). Si vous avez besoin d’informations complémentaires, n’hésitez pas à nous contacter : http://www.ades-dauphine.fr/nous-contacter. Ci-joint le rappel des dates limites de dépôt des candidatures :

M2 Economie et gestion du secteur médico-social – Professionnel – FI et Apprentissage 20/02/2014 au 16/04/2014
M2 Economie et gestion du secteur médico-social – Professionnel – Formation Continue 22/02/2014 au 16/04/2014
M2 Evaluation médico-économique et accès au marché – Professionnel – Formation continue 22/02/2014 au 25/04/2014
M2 Evaluation médico-économique et accès au marché – Professionnel – FI et Apprentissage 20/02/2014 au 16/04/2014
M2 Expertise économique des questions de santé – Recherche 20/02/2014 au 16/04/2014
M1Economie et gestion de la santé 20/02/2014 au 12/05/2014
M2 Economie et gestion des établissements de santé – Professionnel – Formation continue 21/02/2014 au 30/06/2014

A vous de jouer et bon courage !